Rio Nadis le détour immanquable de la Carretera Austral

Posted by on / 0 Comments

La Route 7 où plus communément appelée la Route Australe ou la Carretera Austral fût commencée sous le souhait de Pinochet de relier les contrées les plus australes du Chili. Longue de 1247km, elle part de Puerto Montt pour finir à Villa O Higgins. Tantôt ripio tantôt goudronnée, elle nous offre à elle seule un véritable condenser de la Patagonie et plus que jamais on se sent au bout du monde, ici sur la Ruta7.

Entre deux étapes bien connues de toutes les personnes qui s’y aventurent, Cochrane et Caleta Tortel, nous décidons de quitter la Carretera pour rejoindre la vallée du Rio Nadis. Un détour de quelques dizaine de kilomètres. Nous rentrons tout d’abord dans une forêt humide ou seul la piste boueuse nous montre l’entrée vers la clairière. Nous ouvrons de nombreuses barrières et les refermons tout aussitôt pour ne pas laisser s’échapper un mouton ou le troupeau tout entier . On a le sentiment de traverser quelques propriétés privées. Nous nous faisons discret et contemplons déjà la beauté des paysages qui s’offrent à nous.

Suivant un semblant de pistes caillouteuses, nous atteignons contre toutes attentes un pont suspendu. À côté le reste d’un ancien pont suspendu. La route caillouteuse continue de l’autre côté de la passerelle. Ne sommes nous pas trop lourd? Ne sommes nous pas trop large? Nous aurons vite la réponse à nos interrogations. Quelle aventure, avec beaucoup d’excitations, Nicolas se lance dans ce passage exigu et oh combien beau. Ce pont de couleur orangée emplifie le contraste déjà sublimes du cadre de cette Nature environnante. Finalement, nous ne sommes pas si larges. D’autres le sont plus, comme nos acolytes anversois.

Encore quelques barrières et nous arrivons dans la propriété de Rosendo et Lilly, le camping Rio Nadis. C’est la piste finale, la route ne va pas plus loin, nous sommes isolés et on aime.

Nous sommes déjà subjugués pas la propriété et son environnement. Nous parcourrons encore trois cent mètres et rejoignons un lieu idyllique pour poser notre tente et nos esprits. Et Oui, la carretera n’est pas de tout repos.

Une maisonnée en bois nous attend, une feu à bois nous réchauffe d’emblée.

On se pose, nous réalisons que nous sommes seuls dans toutes cette immensité. Tout est beau, raffiné et avec beaucoup de minuties nous découvrons l’endroit. Nous sommes accompagnés de nos amis anversois et savourons des le soir même de ce lieu particulier. Aux bougies et au feu de bois, confortablement assis sur nos peaux de moutons, nous passerons une première soirée bien agréable.

Le lendemain, nous réalisons que nous sommes entourés à Trois cent soixante degrés de montagnes. Nous avons vue privée sur le secteur nord du parc national des glaciers. Ça c’est tout autour de nous. Car non loin de nous, ce sont des clairières à moutons, des chevaux en libertés, une multitude d’oiseaux au bord du lac.. que demander de plus.

Et bien une petite randonnée à cheval pour les enfants et une ballade à pied au mirador pour les grands. Après avoir réunis les chevaux en libertés, mis les couvertures de moutons en guise de scelles, nous partons accompagné de Lily et de sa fille  à travers la vallée Nadis.

Le temps est magnifique, la vallée et ses sous-bois méritent d’être parcouru. De la cascade, il est alors possible de monter encore une trentaine de minutes jusqu’au mirador d’où la vue paraît il est sublime. Nous nous arrêtons pour notre part à la cascade Immigrante.

Le matin même avant de partir en randonnée, nous avions demandé à Lilly si il était possible d’avoir du Cordero. Nous avions vu dans le Quincho, dans une petit livre recyclé qu’il était possible d’en avoir. Pas de problème nous avait alors annoncé Lilly:” ce soir vers 19 heures, vous aurez votre Cordero”. Mais je ne m’attendais pas à la suite.

rio-nadis-chili-15

Traînant un peu à l’arrière flânant et prenant des photos, j’assiste aux rassemblements des moutons par Rosendo, son fils et le chien de berger. Mais quelle chance d’assister à cette technique si particulière, rentre il probablement les moutons. Tout à coup, Rosendo attrapé un mouton, lui accroche les pattes avec une corde et le met dans une brouette. Bizarre comme technique, les enfants me disent ” regarde maman ils vont tondre le mouton” et là mon franc tombe, c’est le Cordero de ce soir!. Nico rejoins les écuries avec les enfants quant à moi, j’assisterai à ce rituel. Rosendo m’expliquera qu’il ne tue et mange que les moutons malades, le notre à un problème au niveau de la mâchoire et n’est plus capable de mâcher correctement l’herbe. D’ailleurs, pour différencier ceux à manger et ceux en bonne santé, nous remarquerons que le notre n’est pas tondu. Il récupérera la peau et nous, nous récupérerons notre patte de Cordero à manger. Pas besoin de vous dire à quel point ce fut divin et surtout si inhabituel pour nous tous.

rio-nadis-chili-40

Le séjour au camping Nadis fut une escale magique lors de notre parcours de la carretera Austral, nous ne pouvons que vous recommander de faire ces dix kilomètres de détour et séjourner chez Rosendo et Lilly. Et surtout repartez avec le plein de confitures maison, nous n’avons pris qu’un pot de confitures fraîches, on aurait dû en prendre plus.

Partager cet article
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestmail

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.