Eco-Tourisme et Tortue Luth au Suriname

Posted by on / 0 Comments

Tortue luth

Il y a quelques années, je me rendais au Suriname (anciennement Guyane néerlandaise avant l’indépendance), est un pays situé en Amérique du Sud. Sa densité est la plus faible d’Amérique.

Je me décidais à participer à une aventure qui me tenait à coeur depuis plusieurs années. Aller voir les tortues luths pondrent sur la plage. Avec l’aide d’une agence locale, je m’inscris à un tour d’éco-tourisme dont le but était de faire découvrir la région mais surtout les tortures luths.

Me voilà embarqué dans une pirogue pour 45 min de traversée afin d’aller à la découverte de ces tortues. Faut remettre l’histoire dans son contexte pour pouvoir apprécié ce moment particulier. Il est aux environs 3 heures du matin, il fait noir comme nulle part ailleurs car le départ se fait en pleine forêt où nous avons passé la 1ère partie de la nuit dans un éco-lodge rudimentaire où en guise de lit, ce sont des hamacs suspendu à 2  pylônes qui eux-même forment la structure d’une cabane en bois sans murs. Juste les portants, la toiture et aux travers, des hamacs. Et des moustiques géants, quand vous les écraser vous avez l’impression d’écraser une mouche à chaque fois. Du jamais vu.

Naviguer en pleine nuit sur une pirogue au milieu du fleuve sous une nuit étoilée et juste la lune pour vous éclairez n’a rien de glamour mais se rapprochent plutôt du film d’horreur car aux alentours, pas un bruit, juste des murmures, des feuilles qui s’entre-choquent et un léger vent sifflant.

A proximité de notre lieu de rendez-vous, et pour couronner le tout, nous bousculons une tortue luth en pleine nage vers la plage. Un bruit sourd brise ce silence angoissant et augmente le stress de ce trip. Mais nous y voilà, à pas de loup je m’avance vers le lieu de ponte. Et là, c’est juste magnifique et émouvant. Ces tortues majestueuses dans l’eau sont tellement maladroites sur la terre. Je réalise à ce moment-là toute la mesure de la difficulté de cet exercice. Dans l’eau, le poids est facilement gérable mais une fois sur terre et de surcroît sur la plage, se déplacer alors que l’on pèse près de 600kg, ça devient un exercice impossible.

Mais la nature fait ce qu’elle a à faire, et la tortue une fois arrivée à son lieu de ponte, se mets à creuser un trou relativement profond, pour y déposer ses oeufs. Entendre ce souffle, ces gémissements, me font bien comprendre que c’est pas un jeu mais que c’est le cycle de la vie qui s’est mis en route. C’est juste émouvant, un souvenir graver à jamais. Une fois la ponte terminée, cette énorme tortue reprend le chemin de la plage pour retourner à l’eau. Ses “enfants” sont alors livrés à eux-même et éclorons d’ici une soixante de jours.

Je reprend ma pirogue avec notre guide, et pas un bruit sur le chemin du retour. Pas de mots, c’est tellement privilégié que de voir une telle chose qu’on a du mal s’en rendre compte.

Depuis lors, j’ai décidé que pour nos enfants, nous iront voir les animaux dans leur milieu naturel et plus dans les zoos ou aquariums.

Partager cet article
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestmail

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.